Articles

La femme védique

Ceux qui apprennent les lois de l’Univers à mes côtés depuis longtemps, savent que le mot «femme» (en russe «jenshina») s’écrit avec un «tch» au lieu de «sh». Cette façon d’écrire ce mot montre que nous parlons du «rang» de la femme, de sa position spéciale et particulière. Or, dans cette article tout sera différent. Il n’y aura rien sur le «rang» de la femme (en russe «tchin»).

Alors, le védisme est basé sur les Vedas (Skt. वेद, IAST: véda — «connaissance», «enseignement»). C’est le recueil des plus anciens textes saints en sanskrit de l’hindouisme. Les Védas appartiennent à la catégorie des «shrouti», ce qui était entendu, et les mantras qu’ils contiennent sont répétés comme des prières et utilisés dans divers rituels religieux.

Si le védisme est la connaissance, alors la femme védique est simplement une femme qui connaît. Que connaît-elle ? Elle connaît cette religion, le védisme (la connaissance), à laquelle elle appartient. Quelle est la différence entre la femme védique et la femme non védique ? La femme védique est religieuse, elle appartient soit à l’hindouisme, soit à la religion slave. Cela signifie que la religion lui impose un filtre pour la perception des informations provenant du Monde.

Comment cela se manifeste-t-il?

Elle est mariée (en russe «zamouzhem» — «derrière son mari»). Autrement dit, la femme védique est sage, calme et elle obéit toujours à son mari. Ici, le védisme ne s’éloigne pas trop des religions abrahamiques. La tâche de toutes ces religions est de neutraliser une femme, en faisant d’elle une créature obéissante, sans volonté et très faible, en faisant passer la faiblesse pour la Force.

Mais c’est faux. Une femme possède la Force psychique et l’homme a la Force physique. Ces deux Forces se complètent. Et si l’une d’elles manque, alors la famille n’est plus une graine qui devient l’arbre familiale, mais une graine malade qui ne poussera jamais.

Ensuite, une autre chose qui distingue la femme védique de la femme non védique est son comportement dans la société. Par exemple, la femme védique peut sortir le sein dans la rue et commencer à allaiter son bébé. Elles élèvent leurs enfants selon le principe «tout est permis, car l’enfant apprend le Monde». Pourtant, dans cet apprentissage du Monde, l’enfant n’apprendra pas les bonnes manières, ni comment interagir avec la société, mais il se transforme en une petite bête agressive qui pousse des cris (une sorte de «Mowgli»).

Passons maintenant à la vérité embarassante. En réalité, sa maman est aussi une petite bête. Seuls les animaux allaitent en public sans gêne, seuls les animaux ne parlent pas de la société et de ses règles aux enfants. Ils sont là pour autre chose : apprendre à survivre en léchant, en sentant, en mordant. Cela ne vous rappelle pas quelqu’un ? Je suis déjà habituée à ce que ma vérité embarassante soit perçue comme une insulte personnelle par ceux qui se sont déjà construit leur propre compréhension de la réalité.

Je me souviens encore de l’époque où il n’y avait pas de salles pour enfants dans les cafés et les enfants étaient assis à table avec leurs parents et comprenaient comment se comporter. Aujourd’hui, nous avons des sauvages qui sortent en courant de leur cage pour enfants et tournent autour des tables en hurlant.

Il y a une énorme différence entre le comportement d’un animal et le comportement d’un être humain, femme ou homme. Est-ce que vous comprenez ce que je veux dire? En agissant comme des animaux, nous ne nous rapprochons pas de la nature, mais nous nous en éloignons. Chaque être vivant dans la nature a son propre rôle, et si vous êtes né dans un corps humain, alors comportez-vous comme un être humain. Un être humain se comporte correctement non pas à partir d’un certain âge, mais dès l’enfance. Un être humain ne se dévêtit pas dans la société, même pour allaiter son bébé. Un être humain ne donne pas naissance à autant d’enfants qu’un chat. Un être humain ne copule pas tout le temps ou avec tout le monde.

Et peu importe comment vous réagissez à mes propos, réfléchissez à ce que j’écris. Aujourd’hui, la femme védique est une femme avec des problèmes psychiques, elle perçoit des choses à travers ses filtres religieux qui ne conduisent pas à la croissance spirituelle.

Laissez votre commentaire


Sans commentaires